LOOP (L'Oeuf Ou la Poule) - Encyclopédie
Les Jardins suspendus de Babylone
Article[ Images - Retour ]

   Les jardins se trouvaient sur la rive de l'Euphrate, dans la ville de Babylone, à 50 km au sud de Baghdad, en Irak. Selon la tradition, le roi Nabuchodonosor II (604-562 avant J-C) les avait fait construire pour sa femme Sémiramis, en souvenir de la végétation des montagnes de son pays, la Médie (Iran actuel). Ces jardins, dominant la ville d'une bonne vingtaine de mètres, étaient visible d'assez loin. Cela dit, il est possible que ces jardins ne soient que le fruit de l'imagination des Grecs, car aucun texte babylonien les citant n'a été retrouvé.

Voir les images...
Description

   Babylone possédait une enceinte de 93 km de longueur et 48 mètres de haut, parsemée de nombreuses tours. Les chambres du palais donnaient sur les toits où se trouvaient en terrasse les jardins. Ceux-ci avaient la forme d'un carré de cent vingt mètres de côté. De nombreuses colonnes, dont certaines atteignaient vingt cinq mètres de haut, soutenaient de lourdes dalles de pierre. Ces dalles constituaient donc des plates-formes que l'on recouvrait de roseaux et d'asphalte, puis d'une double rangée de briques, elles-mêmes tapissées de plaques de plomb. On obtenait ainsi une étanchéité parfaite : il ne restait plus qu'à ajouter de la terre en quantité suffisante pour voir se développer les essences d'arbres et d'arbustes les plus diverses.
   Sur la première terrasse, qui s'élevait à une hauteur de huit mètres environ, se trouvaient les grands arbres : platanes, palmiers dattiers, pins et cèdres. Sur la deuxième terrasse, à cinq mètres plus haut, on plaçait les genévriers, les cyprès et un grande quantité d'arbres fruitiers. Encore plus haut, sur les deux dernières terrasses, moins vastes, fleurissaient les anémones et les tulipes, les lis et les iris... sans oublier les roses si chères à la belle Sémiramis.
   L'arrosage était assuré par un système de vis hélicoïdale et de chaîne sans fin munie de godets. La machine, dissimulée dans une colonne pour ne pas nuire à l'esthétique de l'ensemble, était actionnée par des esclaves qui tiraient l'eau du fleuve.


Documents associés

   > Voir les images.

En savoir plus

   > D'après Clémentine Jaeger (http://tecfa.unige.ch/tecfa/teaching/UVLibre/9899/jeu12/welcome.htm)
   > Dernière mise à jour : 10 avril 2009.
   > Cet article n'a pas encore été validé, et peut présenter des lacunes ou des erreurs.